Charlotte Mason chez les Pandas

23 janvier 2021

Comment bien préparer une dictée?

Tout autour de nous, la croissance naturelle et la progression soutenue* sont des modèles de procédés naturels et culturels.

*que ce soit un soutien matériel, l'accoudoir d'un canapé dans l'apprentissage de la marche, moral, dans l'encouragement du parent, ou personnel, lorsque les tentatives infructueuses se transforment en succès.

La dictée est un apprentissage culturel, mais on peut suivre des processus naturels pour qu'elle devienne un levier de progression, une habitude naturelle.

Je vous propose de la découvrir en 10 étapes-clés.

Cela me rappelle notre aventure avec les deux lapinous que nous avions adoptés. Nous étions très attachés, dès leur arrivée à la maison -et dans l'intention de les laisser évoluer en liberté-, à les connecter avec des habitudes naturelles, nous avons ainsi étudié les plantes "sauvages" de jardin qu'ils pouvaient consommer et nous y avions associé de petits exercices de mise en contexte naturel. Par exemple, le développement de leur membres antérieurs, afin qu'ils ne désapprennent pas ce réflexe et ces capacités indispensables dans la nature. (la cage est ouverte elle sert ici de "râtelier")

13690996_10210012208366222_5090004821458712280_o

1) Laisser libre cours au mimétisme et organiser l'environnement

127114692

 

13716146_10210014652427322_3472351905057866254_nNous avons utilisé du matériel montessori (le plateau de sable) en disposition libre, et des alphas (ici un peu avant 3 ans).

Nous avions également peint la partie basse de la porte de la chambre des enfants afin d'offrir des occasions "non-scolaires" de goûter au plaisir du geste scripteur.

Et bien entendu, avec les temps longs passés dans la nature, la démarche était identique

13770509_10210012689418248_6143169641048510216_n

13715974_10210012678297970_3262374981480869844_nIci, une inscription dans la terre, et en négatif, la même terre rapportée de Roussillon. Se nommer, s'approprier le code écrit afin de s'inscrire en tant qu'individu.

2) Favoriser les occasions. En marge de la pulsion mimétique naturelle, nous avons cherché à développer des occasions de mettre en valeur le dessin, l'écriture. En profitant d'atelier organisé par la mairie, ou d'une soeur aînée attelée à la reproduction du "doudou" de la petite dernière. Une inclusion dans les pratiques familiales grâce à la fratrie et au-delà, dans un cercle social plus large, grâce à une activité proposée au village, ou d'une sortie dans le port primitif de Marseille, site archéologique classé.

Les occasions doivent se montrer sociales, et/ou intimement liée à la culture, la nature, qui génère une imprégnation naturelle et positive.

Les neuros-sciences sont venues valider ce que beaucoup de pédagogues pressentaient déjà, de Charlotte Mason au parent bienveillant et attentif: l'éducation, les apprentissages qui se font dans la joie, le plaisir, vont puissament s'ancrer dans l'individu.

13700014_10210012330729281_1021459560909202062_n

13731469_10210014655667403_4143263695800849372_n

1620926_10203628743343586_6531866497787994433_n

10168061_10203628743743596_6860125887977677917_n (1)

 

3) Développer d'autres opportunités d'exercer sa motricité fine. Mon dernier fils avait reçu son premier opinel (à bout rond) pour ses 3 ans. Il s'était légèrement coupé et cela a été la limite d'acceptation de liberté pour son papa. Personnellement, je trouvai cela normal, il faut bien tester les limites d'un outil et en éprouver les avantages et les dangers. Passioné très jeune par la cuisine, en particulier des légumes, nous avons donné à nos enfants, grâce à la déscolarisation, du temps. Le temps de prendre le temps d'utiliser ses mains, ses doigts. Ce fut particulièrement intéressant pour notre dernier, légèrement dyspraxique et très dysgraphique. Il s'est avéré qu'un arrêt (circonstanciel) de l'écriture, qui correspondait parallèlement à un usage intensif de sa motricité manuelle dans d'autres domaines, l'a vu progresser en écriture de manière spectaculaire. Nous avons eu l'occasion d'en discuter avec un neuro-pédiatre, qui me disait il y a 4 ans qu'il fallait écrire "beaucoup" pour bien écrire, et qui avait révisé son jugement. L'attrait pour des activités de motricité fine est plus efficace pour un jeune, un enfant en difficulté graphique que des activités de graphie qui mobilisent de plus bien d'autres éléments cognitifs et alourdissent la difficulté.

10171185_10203628742463564_1760974519837428394_n

4) Le travail de copie libre. Les parents d'enfants en unschooling depuis toujours font ce constat assez unanime: les enfants "écrivent", dessinent et jouent par terre, dans des positions qui nous semblent être des défis au lois les plus basiques de l'ergonomie, du confort, et d'une certaine logique acquise. Et à 11 ans, ils s'asseyent. Je les ai ainsi laissé s'installer dans des positions des plus abracadabrantes et si cela était parfois du à une situation particulière (un jeu de découverte organisé dans une église anglicane à York), il en allait de même dans notre quotidien, au sol, ou "sol perché" sur une table conçue pour un autre usage (les unschoolers sont les rois du détournement d'usage) mais toujours étrange, pour mon regard, mais pas pour leur capacité de concentration que ces positions accompagnent, jusqu'au jour où, sans prévenir, ils s'installent comme des adultes. 

13693027_10210014277257943_8435862506519045186_o

13707636_10210014621186541_1939995547444344203_n

10157307_10203628775104380_3361344970998853405_n

5) Le travail de copie à partir de textes manuscrits. Le "copywork". On utilise d'abord un modèle qui montre exactement à quoi devrait ressemble les lettres. Elles sont donc manuscrites au départ. Soit, vous transcrivez un texte vous-même, de votre plus belle plume, ou vous utilisez un livre ancien qui contient  ce type de typographie, ou encore un texte que vous pouvez trouver en ligne gratuitement à imprimer

Les photos suivantes ne sont pas de très bonnes qualité mais elle illustrent ce que vous pouvez trouver sur ce site: des albums pour enfant dans toutes les langues.... français ou japonais!

141016933_473513244039298_4533634360659777518_n

142116239_455205728835064_8693852215408591672_n

Hans Wilhelm - L'instruction en famille

Children's books for ever! Des albums mis gratuitement en ligne! Et quels albums! Héloïse m'en a déjà fait lire quelques-uns, ravie! Il y a même une version "je commence à lire", pour quelques albums avec une écriture cursive.

http://homeschooling.canalblog.com

 ou encore, vous pouvez générer des feuilles vous-même avec un générateur de ce type, qui offre l'avantage de choisir la taille, les interlignes et même la possibilité de recopier d'abord SUR les lettres en pointillé, puis de recopier en dessous.

A ce stade, il s'agit d'une activité de calligraphie. Le va et vient des yeux est régulier, chaque lettre étant "vérifiée". J'ai toujours pensé que cette étape calligraphique ne devait pas être dénuée de sens, et demandé à mon fils ce qu'il souhaitait recopier comme texte, la copie de longues lignes de lettre me paraissant totalement dénuée de sens et donc d'intérêt.  

 

 

139871845_481565969499647_8486760363379808181_n

 

6) La maîtrise du geste scripteur : la mémoire du geste va s'inscrire, libérant ainsi les autres tâches cognitives à maîtriser (et on comprend là toute la difficulté et le défi que représente l'écriture pour un enfant, un jeune, qui souffre de troubles de la coordination). Cette maîtrise du geste est le socle sur lequel vont pouvoir se fonder toutes les tâches coordonnées et simultanées de l'écriture. Elle doit être parfaitement acquise avant même de poursuivre l'apprentissage.

7) Une seconde nature s'installe. La forme de chaque lettre devient une seconde nature pour l'enfant, c'est-à-dire qu'il s'approprie naturellement une démarche culturelle jusqu'à ce qu'elle lui devienne naturelle. Son cerveau l'a inscrite en un mouvement automatique. Il peut alors regarder des mots entiers et s'assurer qu'il en a bien compris le sens. Après l'acquisition du geste vient celui de la sémantique.

8) La transcription: Avec la mémorisation de phrases courtes, vient la transcription. Les mouvements oculaires sont moins nombreux parce que la phrase est plus rapidement mémorisée, et cette mémorisation est facilitée par la compréhension du sens de la phrase, l'accès à la sémantique.

9) La copie dactylographiée. Lorsque cette tâche est facilement réalisée, vient le moment où le texte en copie peut être dactylographié. La transposition de l'écriture dactylographiée en écriture cursive se fait naturellement.

10) La dictée  Lorsque l'enfant est à l'aise avec la transcription, qu'il est capable de mémoriser des phrases ou même de petits paragraphes, que son attention lui a permis de comprendre non seulement le sens de ce qu'il écrit mais aussi la forme, non pas uniquement le contenu mais le contenant: la modification, ou non, de l'orthographe des mots fluctuant selon les règles de grammaire, de conjugaison, d'orthographe d'usage.

Il y a eu peu d'enseignement classique et formel en unschooling, mais je donnais des informations pertinentes, au fur et à mesure des besoins. Cela a bien fonctionné. J'avais aussi imprimé le tableau d'inspiration montessori de grammaire sur une affiche trônant dans notre séjour, et je voyais mes enfants s'y arrêter de temps à autre. La confection ayant été en elle-même un vecteur d'apprentissage.

13770480_10210014665907659_4141391721505521909_n

La dictée est possible lorsque l'enfant recopie sans erreurs un texte.

Il s'agira toujours d'une dictée préparée afin de se prémunir des erreurs répétées qui sont malheureusement mémorisées, elles aussi. Hélas. Mais par le même processus utilisé pour bien orthographier les mots.

Imaginez les cohortes d'élèves astreints aux dictées scolaires et s'empêtrant dans un maëlstrom de mots qui ont été mémorisés avec plusieurs orthographes.... laquelle est "la bonne"? Perplexité, néant, efforts non productifs et découragement font le lit de générations de jeunes et d'adultes qui n'ont plus la maîtrise écrite de leur langue.

La dictée se fera donc phrase par phrase, et non par paragraphe,  afin de ne pas ajouter de surcharge cognitive à l'effort physique et intellectuel qu'elle requiert.

La dictée préparée permet de mémoriser l'orthographe des mots, en songeant toujours à l'épélation, la ponctuation, les lettres qui seront en capitale, etc...

La magie de ce processus tient en l'utilisation de textes qui font sens, qui vont éveiller l'intérêt de l'enfant, assouvir sa curiosoté.

Elle tient aussi dans le processus qui décompose et respecte toutes les activités simultanées qui sont engagés dans l'écriture d'une dictée. Le tracé de la lettre, la mémorisation d'un mot. Sa compréhension. La mémorisation et la compréhension d'une phrase puis d'un paragraphe complet.

Enfin, le second effet magique "kiss cool" de ce process de dictée est l'installation d'une bonne habitude: lorsque l'enfant, le jeune s'adonnera à la lecture, il prendra l'habitude de porter, sans efforts, attention à l'orthographe particulière d'un mot. Et la mémorisera automatiquement.

 

 

 

 

  

 

 

Posté par tribudespandas à 15:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]


11 avril 2015

Comment commencer la méthode Charlotte Mason?

10400889_1035298927169_3250_n

Charlotte Mason a proposé une approche de l'éducation intimement connectée à la fois à la nature et à la culture.

Il ne s'agit pas de version expurgée, d'abstraction de la réalité, de fac-similé, il s'agit d'une imprégnation dans le vivant, le réel.

Mais l'éducation et la pédagogie ne se résumant pas en quelques lignes, quelles qu'elles soient, il est parfois difficile de les aborder sans "formation", et dans nos pays francophones, il n'en existe pas encore pour l'éducation selon Charlotte Mason.  

Alors, comment commencer? Par les fondamentaux.

Pour les enfants en âge d'école primaire, 3 à 4 heures passées à l'extérieur, quel que soit le temps. Au moins une après-midi par semaine au collège.

Au départ, choisir quelques objectifs pour ces rendez-vous quotidiens qui ne sont pas des batifolages décousus. Il s'agit d'observer, de rencontrer. D'adopter un point de vue particulier sur la nature.

23964_1367727517676_1093900_n

Charlotte Mason recommandait par exemple d'observer un arbre en particulier tout au long de l'année. Ou de partir à la recherche des insectes en soulevant des mottes de terre. D'établir quelques objectifs: "Comment se déplacent-ils?";  "Que mangent-ils?" 

Pour consigner tout cela, il y a le cahier de la nature. Il y a mille choses à dire à ce sujet,

Mais pour se lancer, un cahier où l'on peut dessiner, annoter les observations faites, coller plus tard les végétaux recueillis et séchés, immédiatement une plume.

Quelques crayons à emporter, ou des aquarelles, ou des crayons aquarellables (j'adore ce médium!). Et même, pourquoi pas, quelques photos. Il s'agit de tenir un journal de ces rendez-vous particuliers.

En soi, l'observation va se développer, ainsi que la capacité à rendre compte, déduire, supposer, imaginer.

Choisir avec l'enfant ce que l'on imagine être le support le plus adéquat (un cahier avec une page lignée, une page de dessin, des feuilles que l'on colle plus tard sur le cahier conservé à la maison?). L'expérience vous permettra d'affiner ce qui vous correspond le mieux.

1911611_10203628751343786_6977491052327900129_n

Ensuite, les livings books. Mettez de côté les cours et les manuels. Proposez à l'enfant de lire, et, ou, de lui lire des histoires qui lui feront découvrir le monde qui l'entoure. 

Des romans, bien sûr. Mais aussi des récits. Haroun Tazieff pour la volcanologie, l'histoire de Pythéas, pour l'histoire de la géographie (il y a une mine d'or à découvrir dans la collection de l'école des loisirs). Toutes les matières scientifiques peuvent être couvertes de cette façon. Les classiques de la littérature, bien sûr. Charlotte accordait aussi une importance prépondérante à l'étude de la Bible. A partir de ces merveilleux matériaux, l'enfant va exercer son écriture, son graphisme, son orthographe, grâce à la copie de textes classiques. Il va apprendre à construire un récit grâce à la narration, orale tout d'abord.

Bien entendu, ces sujets méritent bien plus de développement, mais n'a-t-on pas parlé de juste commencer?

Alors, les fondamentaux toujours. La copie de petits textes, quelques lignes au début, il faut toujours être progressif. Lorsque l'enfant copie un texte, on ne souligne pas ses erreurs, on les cache, même, afin qu'il ne puisse visuellement mémoriser que la graphie correcte. Pour la narration, on le laisse d'abord trouver son chemin. Plutôt debout. Personellment, je copie la narration. Les premières fois, je relevai juste un ou deux point à considérer pour les narrations ultérieures. Cela peut-être: "Attention, il y a tant de pronoms que le lecteur ne sait plus très bien de qui on parle". Ou: "C'est un peu court aujourd'hui!". Ou un encouragement: ""Voyons, que se passait-il pour commencer?". Je ne les corrige jamais.

Le livre des siècles. Pour que l'enfant puisse situer dans le temps les personnages, les inventions, les faits historiques qu'il rencontre au fil de ses découvertes, voilà un bel outil! Quelques modèles sont si gentiment mis à disposition, en français et en anglais sur les blogs de mamans qui suivent cette pédagogie:

Pas de grammaire avant la 4e année, soit, le CM 1 français. L'apprentissage d'au moins une langue vivante. Charlotte recommandait aussi la lecture de Shakespeare à partir le la 4 ème année. Les anglophones ont trois grands axes d'influences littéraires. la Bible, Shakespeare, et les auteurs grecs. C'est ainsi que vous retrouverez souvent les fables d'Esope dans les curriculum anglophones. La littérature francophone est bien plus multiforme! A chacun d'adapter son programme de découvetes. 

Pour Charlotte Mason, la clé de voûte de toute l'éducation était l'adoption de bonnes habitudes qui doivent favoriser l'apprentissage mais aussi forger le caractère. Il y a des considérations sociales communes, et bien d'autres qui sont propres à chaque famille. Charlotte recommandait de "s'attaquer" à une mauvaise habitude à la fois. Et d'attendre que les choses soient installées pour considérer une nouvelle bonne habitude à prendre. 

Alors, tandis que vous réfléchissez à établir un programme, je vous propose de vous pencher sur les objectifs principaux de l'éducation de votre enfant. 

Déterminez ce qui est important pour vous, pour votre enfant et ce qui est nécessaire par rappport aux contrôles des autorités. En France, en Belgique, en Angleterre ou ailleurs, chaque pays, chaque région parfois a des exigences spécifiques!

10155138_10203628796624918_3120299452601392931_n

Pendant ce temps, incluez d'office l'étude de la nature, celle de l'art et de la littérature. Commencez les copies et la narration, selon l'âge de l'enfant. Construisez un journal de la nature, un livre des siècles. Entourez l'enfant d'une mappemonde, d'instruments de musique. 

1509933_10203628773704345_8757880218073381764_n

Je n'ai pas oublié les mathématiques, les découvrir de prime abord avec les livres vivants, l'étude de la nature (comment calculer la taille du jardin, établir les proportions d'une recette, découvrir les temps astronomique, géologiques,....) donneront à l'étude plus formelle des mathématiques un vrai sens et une véritable motivation. Ni les langues vivantes. Pour inscrire chez l'enfant l'envie d'apprendre, nous avons choisi de leur faire découvrir des pays, des personnes qui communiquent dans d'autres langues, toujours dans le concept de faire naître la conscience de la nécessité de l'apprentissage.

DSCF7059

Se débrouiller pour communiquer avec les commerçants, manger des plats différents, et tant et plus à la découverte de l'Angleterre!

Vous en apprendrez dejà beaucoup sur vous et sur lui, et vous pourrez approfondir en douceur vos connaissances de cette pédagogie, par vos lectures, et aussi, par imprégnation de votre quotidien.

 

Posté par tribudespandas à 04:33 - Commentaires [5] - Permalien [#]

22 mars 2015

L'étude de la nature

31827_1450710952210_3248613_n

Charlotte Mason a laissé aux éducateurs un merveilleux héritage en axant la cheville ouvrière de son curriculum pour les sciences sur l'étude de la nature.

N'est-ce pas quelque chose qui vous paraît évident, au premier abord? Mais pendant cette semaine qui vient de passer, oui, cette semaine qui était la dernière semaine de l'hiver et celle des premiers jours du printemps, combien de temps avez-vous passé dehors avec vos enfants?

Bien avant de découvrir la méthode Charlotte Mason, et encore plus de temps avant que je ne me décide à en appliquer les principes de manière plus formelle, il y a deux concepts fondamentaux que j'avais déjà mis en place avec les enfants: être dehors, chaque jour, quel que soit le temps qu'il fait. Prévoir du temps supplémentaire, lorsque nous sortons dans un but précis, pour s'arrêter en chemin. Que nous soyons en ville ou à la campagne. Enfin, pour ce dernier point, ce sont plutôt mes enfants qui m'ont bien éduquée!

Les enfants sont naturellement attirés par la nature. Ils doivent être encouragés dans cette voie naturelle, qui doit devenir une habitude, car avec l'adolescence, où toute l'énergie se concentre plutôt sur le fait social, et l'âge adulte où l'essentiel de la vie est axé sur la productivité, cette capacité à observer, à faire naturellement corps avec l'indispensable nature meurt.

36616_3807472189768_41113589_n

La valeur de l'étude de la nature se calcule en considérant sa capacité à nous apaiser, car elle nous impose son rythme immuable qui vient rééquilibrer notre horloge biologique perturbée par le rythme toujours plus trépidant de la vie moderne. Elle se calcule en considérant les valeurs qu'elle développe chez l'enfant qui persisteront chez l'adulte qu'il deviendra. Ces valeurs sont le respect de la nature qu'il pourra protéger plus tard pour le propre bien de l'Humanité. Mais également l'humilité de la condition humaine devant les forces que la nature développe et que l'Homme a trop longtemps pensé pouvoir maîtriser. Avec les conséquences néfastes, voir catastrophiques qui ont émaillé le siècle qui vient de passer. La bulle technologique que l'Homme a construit autour de lui l'a déconnecté des réalités des échanges symbiotiques qui unissent l'Homme et la nature. L'étude de la nature, les habitudes, les connaissances, les réflexes qu'elle développe permettent à l'enfant devenu grand de construire un univers plus adapté à ses besoins.

L'étude de la nature est vraiment délicieuse. Apprendre à ralentir, respirer l'air frais, confronter nos corps aux différentes conditions climatiques, ce n'est pas juste une étude, c'est aussi un vrai bienfait pour notre santé. C'est aussi une nécessité pour notre équilibre mental. Et le développement d'une philosophie de vie. Le roi Salomon lui-même n'a-t-il pas reçu une leçon formidable d'une simple fourmi et développé ainsi sa sagesse?

L'étude de la nature ne se contente pas de l'observation. Elle est accompagnée de leçons de choses. Vous avez certainement l'image de ces manuels anciens, ou de ces panneaux muraux qui ont fleuri nos classes d'enfants. Ce n'est pas exactement le genre de choses auxquelles pensait Charlotte..... elle parlait de poursuivre l'étude d'un objet naturel dans son cadre naturel par l'étude d'un aspect particulier de cet objet afin d'affiner ses sens. De pérenniser un savoir en le construisant de manière plus formelle. Ces leço,ns devraient être spontanées, tout comme l'est l'observation des choses de la nature, et n'être données qu'au fur et à mesure des découvertes. Un examen exhaustif n'est pas nécessaire, et la qualité primera sur la quantité. Un aspect, un seul, mais qui s'inscrira profondément dans l'esprit de l'enfant.

DSCF9019Un rongeur d'eau (nous devons mener une enquête pour trouver lequel!) nous a offert une formidable source d'observations et de questions!

 

DSCF9015

 Dans la pratique, Charlotte recommandait d'observer les arbres, leur évolution: l'écorce en hiver, le développement des bourgeons et des feuilles, les fleurs également, et tous les animaux qu'il est possible de rencontrer dans leur milieu naturel. Ce qui développe chez l'enfant (et chez l'adulte qui l'accompagne....) une autre grande qualité née de l'observation: la patience.

Un de mes enfants est arboricole (si, si, ça existe!), elle n'est heureuse, depuis son plus jeune âge, que si elle peut étreindre l'arbre, grimper et se lover entre ses branches. Tant d'observations sont nées de cette affection!

1422622_10202458496488146_1594475551_n

 

 La constitution d'un herbier, la tenue d'un journal de la nature sont les outils qui permettront de pérenniser, conserver une trace, affiner l'observation de la nature. Personnellement, j'aime beaucoup raconter des histoires au sujet de ce qu'on appelle les "mauvaises herbes". Ainsi, le long de nos chemins, je raconte comment je soignai des verrues, petite, en allant moi-même cueillir de la chélidoine. Comment nos lapins raffolaient du plantain et j'ajoute quelques indications médicinales de cette plante. Nous projetons de confectionner de la confiture de fleurs de pissenlit et les enfants trouvent ses feuilles bien trop amères en salade. Il n'y a pas d'abstraction, le jeu n'est pas virtuel. Tout autour de nous, c'est la conscience du vivant, du non-vivant et de notre place dans cet univers qui se construit. 

 

2886_1136862186187_6540060_n

 Développer une infinie patience pour attendre, sans bruit et sans mouvements, que le pêcheur attrape cette belle truite que nous n'aurions pu observer si bien autrement..... 

Voici 10 principes qui vous aideront à guider votre enfant dans l'étude de la nature:

-Prévoir un temps régulier à l'extérieur et encourager l'amour pour "l'enquête". Comment? Pourquoi? La compréhension de la nature, de son fonctionnement, de son utilité transforme l'enfant en investigateur affûté. Et cette condition est un des piliers de la constitution de l'enfant, investigateur né!

-Laisser l'enfant réfléchir et trouver d'abord par lui-même des réponses à ses questions, habituez-le à développer des hypothèses et à confronter celles-ci à la réalité de la nature pour en expérimenter la véracité. Si il en a -déjà- perdu l'habitude, encouragez-le à développer cette saine propension à émailler toutes ces observations de "Pourquoi?"

-Lorsque vous répondez à ces questions, construisez, développez vous-même les réponses que vous lui apportez, ne vous contentez pas de la lecture d'un manuel... ou de Wikipédia....

-Ne submergez pas l'enfant avec des terminologies scientifiques trop précoces. Il est important de bien nommer les choses, mais n'allez pas plus loin, sauf s'il vous le demande. Répondez juste à sa question.

- Encouragez votre enfant à expérimenter, en induisant une direction, toujours dans la bonne humeur, afin de rendre sympathique l'étude de la nature, et l'habitude de l'expérimentation.

- Poursuivez l'étude de la nature à l'aide de livres vivants, de documentaires, d'expériences à la maison, de type "laboratoire". Pour Charlotte Mason, la seule méthode rationnelle de l'enseignement des sciences était une combinaison de l'observation sur le terrain, de "travaux de laboratoire"" et de littérature scientifique.

-Pour CM, s'empêtrer dans l'information scientifique aléatoire (car choisie par le parent, l'école, sans lien avec la vie réelle de l'enfant) ne pouvait se comparer avec l'apprentissage de l'observation et le développement d'une compréhension née d'une attention active et patiente. bien entendu, le domaine couvert ne peut recouvrir qu'une petite partie du domaine scientifique, mais cette habitude forme un comportement qui ouvre une capacité à appréhender n'importe quel domaine ou concept scientifique.

-Ne manifestez pas votre peur ou votre dégoût à l'enfant. Oui, cette énorme araignée qui vient de "pondre" plusieurs dizaines de bébés ou cet espèce de plasma vitreux qui jouxte l'oeuf que vient de perforer un caneton nouveau vous ont fait frissonner -ou vous retourne le coeur-. Prenez sur vous..... nous avons connu tant de conditionnements pour en arriver à éprouver ces rédhibitions, ne les transmettons pas à nos enfants!

DSCF9034

- Partagez l'émerveillement et l'admiration de votre enfant. Oui, vous êtes parfois un peu blasé car vous connaissez ceci, ou cela, mais vos connaissances sont souvent obsolètes, et la nature est en perpétuel renouvellement, laissez votre enthousiasme se renouveler aussi!

- Soyez vous-même en perpétuel apprentissage, cela vous permettra de dirigez doucement votre enfant et de répondre à ses questions.

2886_1136862866204_303794_n

 

 

-

Posté par tribudespandas à 19:57 - Commentaires [3] - Permalien [#]

14 mars 2015

Qu'est-ce que l'éducation pour Charlotte Mason?

27727_1481188354126_1766967_n

Gravir une montagne avec mes jeunes, et ceux d'autres famille de ma paroisse. Comme gravir en soi tous les échelons jusqu'à parvenir aux buts que nous nous sommes fixés. Ici, la vertu.

L'éducation est une atmosphère, une discipline, une vie.

Beaucoup d'entre nous multiplient les plans, les recherches, afin de pouvoir dispenser l'instruction la plus parfaite et la plus adaptée possible à son enfant. Sans doute vous êtes-vous noyés dans les manuels, les méthodes, les cours par correspondance peut-être, pour être certains qu' il ne manquera rien à cette instruction et que vous ne "faillirez pas" à vos responsabilités.

Vous serez peut-être confronté au syndrôme de la question "Ais-je fait le bon choix"? "Suis-je un bon parent?"" Il est facile de se sentir dépassé par la multiplication des théories et des bonnes recommandations de tous ceux qui ont fait le choix d'instruire leurs enfants eux-mêmes. Au milieu de toute cette agitation, retenez ces trois mots qui suffisaient à Charlotte pour dépeindre l'enseignement.

L'éducation est une atmosphère, une discipline, une vie. 

Ce sont les trois mots que Charlotte Mason a utilisé pour décrire son approche de l'éducation.

C'est un peu différent des trois mots qui semblent condenser à eux seuls les indispensables de l'instruction:

lecture, écriture, calcul.

Charlotte avait une vision beaucoup plus large de l'éducation. Est-ce que la seule chose que votre enfant doit apprendre est à réussir des examens, passer des tests, ou même, obtenir un diplôme?

Selon Charlotte, l'éducation inclut bien sûr une forme d'instruction, formelle, et aussi une mise en pratique, des exercices, mais elle inclut également tout ce qui va permettre à l'enfant de développer sa personnalité, son sens moral et esthétique. Elle considère que c'est cette éducation qui fera que nos enfants penseront, agiront, se considèreront d'une manière ou d'une autre.

Par athmosphère, Charlotte entend l'environnement dans lequel l'enfant grandit. Elle pense que nos règles de vie, en tant que parents, auront un impact profond sur nos enfants. Nous ne sommes pas toujours conscients de la manière dont ces règles, ces systèmes contrôlent nos vies. Il est important de se pencher sur elles, d'en analyser l'impact et de peser leur pertinence.

Au sujet de la discipline, Charlotte a souligné l'importance de donner de bonnes habitudes à nos enfants. Charlotte a comparé les bonnes habitudes à des voies ferrées sur lesquels l'enfant peut voyager facilement dans sa vie d'adulte. Elle pense que les bonnes habitudes ont une influence puissante sur la vie de nos enfants et doivent jouer un rôle primordial dans leur éducation.

Par "Vie", Charlotte entend "vivant, vivante".  Elle a voulu nous rappeler la nécessité de transmettre à nos enfants des enseignements, des pensées, des connaissances pures qui ne soient jamais "sèches". C'est-à-dire jamais présentées hors de leur contexte de vie et sans la réflexion nécessaire qui doit l'accompagner.

On étudie la nature, les sciences, la géographie, dans la nature. Les mathématiques avec du matériel, concret, et la connaissance de l'histoire et de la pensée humaine qui a accompagné l'évolution de ces mathématiques, La langue maternelle grâce à de vrais textes de littérature, et chaque apprentissage est inclus dans une histoire racontée afin de rendre les apprentissages vivants. 

Avec les années d'expérience (j'ai 5 enfants, mon aînée a 21 ans et mon plus jeune 8 ans), je dois reconnaître que j'ai du remettre en question bien des principes que je croyais établi.s. Certains m'ont paru excellents, et je suis très heureuse d'en voir les fruits, D'autres ont eu des effets imprévisibles, à mon sens, et contraire à ce que j'avais imaginé.

Enfin, on n'éduque pas seul son enfant. Il y a l'influence des liens familiaux, de l'environnement extérieur à la famille, qui est aussi très puissant et nul ne pourrait ignorer son influence, ni en contrôler l'impact. C'est ainsi qu'au nom de la liberté, de l'auto-gestion et des liens familiaux, j'ai laissé, à mon grand regret aujourd'hui, entrer dans ma maison des principes et des habitudes qui se sont avérées franchement toxiques. De plus, chacun fait ses propres expériences à ce sujet, mais il y a parfois un grand décalage entre de beaux principes et leurs effets.

Il y a un adage qui dit "La main sur le berceau est la main qui dirige le monde". Si cette assertion m'avait toujours paru évidente, la puissance de sa vérité a quelque fois frappé notre famille de plein fouet.

Avec une fille adulte, et qui a quitté le nid familial depuis 4 ans pour poursuivre ses études dans un autre pays, je commence à percevoir que certaines graines semées au fil de nos jours s'épanouissent merveilleursement, ce qui m' encourage à prêter plus d'attentions à semer moi-même le long du chemin qu' emprunteront mes enfants, plutôt qu'à laisser ces dernier courir dans la jachère, au nom d'une liberté que je chéris pourtant toujours.

Naviguant activement sur les blogs américains depuis 2007, j'avais, bien entendu lu beaucoup de choses au sujet de la pédagogie CM. J'en appliquai par ailleurs déjà certains principes, les plus informels. Aujourd'hui, cette nouvelle page en marge de mon blog homeschooling est née de l'envie de m'engager plus avant et de manière plus déterminée dans une pédagogie qui conviendra, je pense, parfaitement à mon dernier, et profitera aussi à ses aînés qui ont tous repris, à un moment donné, le chemin de l'école.

Et, bien entedu, de l'envie de partager avec vous!

 

 

Posté par tribudespandas à 11:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]